Aller au contenu principal
Contact

Que pouvons-nous faire pour vous?

Questions concernant une réservation ou réserver directement par téléphone:

Tel. +41 27 958 18 58

Ou remplissez notre formulaire:
   
loading

Vous pouvez également nous envoyer un e-mail:

support@saas-fee.ch

 

Heures d'ouverture office du tourisme

Vous trouverez ici les heures d'ouverture des offices du tourisme.

Commandez maintenant nos prospectus!

  • Saas-Fee
  • Saas-Grund
  • Saas-Almagell
  • Saas-Balen

Fanny Smith

Les citrons de la vie

La skieuse de skicross Fanny Smith raconte sa vie, son succès et comment elle est devenue une battante. Ou : Comment surmonter les obstacles de la vie avec la bonne attitude. Une conversation autour d’un cappuccino.


Informations

Saastal Tourismus AG
Obere Dorfstrasse 2
CH-3906 Saas-Fee

Tel. +41 27 958 18 58

E-mail info@saas-fee.ch


Nous tombons dans les canapés en cuir marron de l'hôtel Popcorn, Fanny en leggings sport, veste d'entraînement noire, casquette et un regard d’un bleu profond. Je sors mes documents de mon sac, elle attend patiemment. Vaudoise de 27 ans, elle a gagné le bronze en skicross aux derniers Jeux Olympiques et le bronze, l'argent et l'or aux Championnats du monde ces dernières années - ainsi qu'au classement général de la Coupe du monde. Bref: elle est au sommet de la scène mondiale du skicross et se prépare actuellement pour la saison ici à Saas-Fee, comme elle le fait chaque été.

Je lis encore mes notes quand la serveuse arrive.

Fanny Smith est née en 1992 à Aigle, elle a grandi à Villars-sur-Ollon. Son père est moniteur de ski, sa mère, aujourd'hui retraitée, enseignait à l'école primaire. Fanny a une petite sœur et un grand frère. Quand elle avait deux ans, elle était déjà sur des skis, "et une passion est née", écrit-elle sur son propre site web.

Nous commandons deux cappuccinos.

Qu'est-ce que le ski signifie pour toi? Elle réfléchit un instant et dit tout de suite : "Liberté. Quand je skie, le vent tourbillonne dans mes cheveux, je sens le soleil sur mon visage et l'air frais dans mes poumons, je me sens libre. Alors je me tiens au milieu de la vie, alors je ne fais qu'un avec l'instant présent." A-t-elle toujours su qu'elle deviendrait un jour une athlète professionnelle? "Pas tant que ça..." répondit-elle avec hésitation. "Mais je n'ai jamais rien eu comme un boulot de rêve. J'ai toujours voulu aller skier."

Un homme plus âgé se déplace en direction du bar et nous fait un signe de tête amical. Fanny se penche en arrière pour nous deux et s'arrête un moment avant de continuer.

"L'école était un cauchemar pour moi. Je souffre de dyslexie et ce qui était facile pour les autres était un travail incroyable pour moi. J'ai dû apprendre beaucoup pour l'école ", dit-elle avec l'aisance de quelqu'un qui faisait de la limonade avec les citrons de la vie. "Mes camarades de classe se moquaient de moi. Même certains enseignants avaient peu de patience. C'était horrible. Pour cela, j'ai gagné le respect en dehors de l'école. Sur des skis, j'osais faire des choses que personne d'autre ne faisait. J'étais une vraie casse-cou, dit-elle en riant. C'est un rire contagieux, naturel et du fond du cœur. "Voulais-tu compenser ton échec scolaire par des aventures de casse-cou ? "Je ne dirais pas ça comme ça", répond-elle en un clin d'œil.

Les cappuccinos sont servis, Fanny remercie poliment et prend la tasse.

Je continue, "Mais tu as dit dans une interview que la dyslexie avait fait de toi une championne". Elle réfléchit brièvement. "La dyslexie m'a appris à travailler. Tu sais, j'ai fait beaucoup d'efforts à l'école et j'ai encore souvent échoué. Mais j'ai toujours continué. Je n'ai jamais oublié cette leçon: Le chemin du succès peut être long et difficile. Même si tu te bats et donnes tout, le succès n'est pas certain. J'ai appris à ranger les défaites et à continuer. La dyslexie a fait de moi une battante ", dit-elle en prenant une gorgée de cappuccino. "Peu importe ce que la vie peut te faire, ne te laisse jamais arrêter", dit-elle. Rien dans sa réponse ne laisse de place au doute.

Je change de sujet, "En 2011, tu as eu un accident durant la Coupe du Monde - parle-moi en". Fanny pose la tasse, son regard vagabonde un instant. "C'était en décembre, et je me suis déchiré le genou. J'ai été opérée à l'hôpital de Berne peu avant Noël. Je me souviens encore du moment où le chirurgien est venu dans ma chambre après l'opération et m'a dit que je ne skierais probablement plus jamais. Je me suis juste dit : vous verrez, l'année prochaine, je serai de retour sur mes skis ", dit-elle, et à ses yeux, la puissance de la persévérance du fer brille. "C'était ta première pensée? Tu n'avais pas peur," demande-je avec stupéfaction. "En fait, je n'ai peur de rien", répond-elle sobrement. "Tu peux faire face à n'importe quoi si tu crois en toi et si tu es prêt à te battre. Je n'avais aucun doute. Toute ma rééducation a été motivée par l'idée que je pourrais skier à nouveau - au moins aussi bien ou même mieux qu'avant ", se réjouit Fanny avec la fierté triomphante d'avoir eu raison.

Je mords dans le biscuit qui a été servi avec le cappuccino.

Je continue, "Parlons de Sochi". Elle hoche la tête et se redresse dans le canapé. En 2014, elle a commencé à Sotchi en tant que championne du monde avec la mission de gagner une médaille. Le projet a échoué après une erreur de trajectoire et c’était la fin en demi-finale. "Sotchi m'a suivi pendant longtemps. Mes rêves, tout mon dur labeur. Tout s'est effondré. Les dommages physiques sont une chose, tu guéris relativement rapidement. Mais si tu supportes quelque chose mentalement, cela peut prendre des années. J'ai perdu confiance en moi après Sotchi. J'étais si sûr d'une médaille que je suis devenu imprudente. Je voulais essayer une nouvelle combinaison, j'ai fait une erreur et j'ai été disqualifiée ", dit-elle, " à Sotchi, j'ai écouté mon instinct et j'ai perdu. Je me suis battue avec lui pendant longtemps". Pendant un instant, les taches de rousseur n'ont pas dansé sur son visage. "Tu t’en es remis qu'avec la médaille de bronze à Pyeongchang", je demande. Il s'épanouit à nouveau immédiatement : "Exactement! La médaille olympique en Corée du Sud m'a redonné confiance en mon instinct, et finalement en moi-même".

"Penses-tu parfois à ce qui vient après le ski?" Je demande. "Pas du tout. Il faut vivre dans le présent. Si tu penses à ce qui arrive plus tard, alors tu es distrait et pas dans le moment présent. Mes parents m'ont appris à vivre dans le présent et à ne pas m'inquiéter de l'avenir - il arrive quand même. Tout ce que je sais, c'est que maintenant, je skie et je le fais de tout mon cœur et de toute mon âme. C'est exactement comme ça que je ferai tout le reste, quoi qu'il arrive."

Fanny pose son cappuccino vide, elle laisse le biscuit. Elle dit au revoir et s'en va d'un pas ferme. Dès qu'elle a quitté l'hôtel, il fait un peu plus sombre. L'énergie de Fanny, sa gaieté et sa gentillesse résonnent en moi. Demain, elle sera de retour sur ses skis, dévalant les pentes du glacier de Saas-Fee et nous montrant à quel point la liberté peut être belle.