Chasse aux séracs

Il fut un temps où un slogan bien connu pour Saas-Fee était « Le village des glaciers ». Si vous regardez les photos d’il y a 100 ans, le glacier s’étend presque jusqu’à la limite des arbres au niveau de la télécabine de Felskinn. En grandissant, je me souviens avoir pu voir partout des séracs, des blocs ou des colonnes de glace glaciaire aussi grands qu’une maison ou un hôtel. Il y a 25 ans, je me souviens être sorti de la télécabine de Spielboden et avoir rencontré le glacier. À Längfluh, en été, il y avait d’énormes tours de glace qui surgissaient à côté du mur. 

Il y avait un magasin de photos ici dans le village, appelé Photo Gilbert. Le propriétaire était un photographe et il avait toutes ces vieilles photos et cartes postales imprimées où il avait capturé le glacier. Pour moi, il s’agissait de photos légendaires de notre histoire locale. Chaque fois que je passais devant ses fenêtres, je m’arrêtais pour regarder. Lorsqu’il a fermé son magasin il y a quelques années, j’ai acheté plusieurs de ses photos comme souvenirs personnels. J’ai une de ces photos encadrée chez moi, représentant deux alpinistes au sommet d’un sérac massif, avec le village visible en arrière-plan, et cela m’a donné envie de faire ma propre mission photo dans nos séracs. 

« J’espère qu’il y aura beaucoup de neige l’hiver prochain, suivie d’un été modéré, et j’espère que tout le monde traitera le réchauffement climatique comme la crise qu’il représente et travaillera ensemble pour changer les choses. »

L’année dernière, l’hiver a été terrible, et avec les températures élevées de cet été, le rythme de la fonte des glaciers s’est vraiment accéléré. Tout le monde peut voir que le glacier souffre, qu’il recule visiblement en taille et en profondeur chaque année. Et c’est ce qui m’a motivé à partir pour cette mission, la chasse aux séracs. Je voulais savoir si c’était vraiment grave.

Mon père était guide de montagne et, au-dessus de mon bureau à la maison, est accrochée une photo de lui, adolescent, en mission avec son père, qui était également guide de montagne. Mon père est debout parmi les séracs, souriant fièrement. Je voulais capturer le plus possible de cette merveille et de cette beauté pendant qu’elles sont encore là. Un jour, ils seront partis et tout ce qui nous restera sera ce que nous documentons maintenant. 

J’ai appelé quelques amis alpinistes pour voir s’ils voulaient se joindre à la chasse avec moi. Équipés de crampons, de piolets, de cordes et de harnais, nous partons sur le glacier, à la recherche de séracs. Le glacier lui-même est un labyrinthe, vous ne pouvez donc pas marcher en ligne droite. Les séracs sont souvent formés par des crevasses qui se croisent. J’avais quelques pressentiments quant à l’endroit où nous pourrions trouver certains de ces géants, et j’avais raison.


Le déplacement à travers le glacier vers ces énormes tours de glace nous a montré à quelle vitesse la glace fond. Il y avait des rivières qui coulaient à droite et à gauche. Nous pouvions également voir la poussière brune du Sahara sur la glace. Ces petits grains de sable irradient la chaleur et accélèrent la fonte. Ce sable n’est pas nouveau, mais c’est généralement un événement annuel. Au cours des dernières années, cela s’est produit plus régulièrement et avec plus d’intensité.

Mais en même temps, j’ai été étonné de ce que nous avons trouvé – à quel point les tours étaient massives et épaisses par endroits. Il y a encore d’énormes masses de glace. À un moment donné, nous sommes arrivés à un endroit où nous ne pouvions continuer qu’en sautant par-dessus une crevasse. Je suis heureux de dire qu’aucun de nous n’a découvert à quel point c’était profond. Et quand nous sommes arrivés aux séracs, mes amis, qui sont de bons grimpeurs sur glace, étaient ravis de faire de l’escalade. 

Ce glacier est un bijou, je recommande à toute personne en bonne forme physique d’engager un guide et de partir en excursion dans ce lieu magique, pour le voir tant qu’il existe encore. Il n’y a rien de tel que de vivre cette magie de ses propres yeux, c’est comme être sur une autre planète. Mon conseil personnel est d’y aller en septembre ou octobre, car c’est à cette période qu’ils sont les plus beaux. Les températures plus froides font ressortir les bleus et les verts de la glace, mais vous devez y être avant que la neige ne les recouvre pour l’hiver. 

J’espère qu’il y aura beaucoup de neige l’hiver prochain, suivie d’un été modéré, et j’espère que tout le monde traitera le réchauffement climatique comme la crise qu’il représente et travaillera ensemble pour changer les choses.